Les Oscars demandent pardon à Sacheen Littlefeather, 50 ans après son discours controversé sur la cause amérindienne

Il y a 1 mois 41

L’actrice et militante était venue, au nom de Marlon Brando, refuser son oscar du meilleur acteur pour “Le Parrain”, et sensibiliser le public à la cause amérindienne. Suite à son discours, elle avait été huée et menacée.

Lors de la cérémonie des Oscars de 1973, l’actrice et militante d’origine apache et yaqui de 26 ans à l’époque, était montée sur scène à la place de Marlon Brando qui avait fait appel à elle pour refuser l’Oscar du meilleur acteur qu’il aurait dû recevoir. Sacheen Littlefeather souhaitait protester contre le traitement des Amérindiens par l’industrie hollywoodienne. Elle fut huée par le public, moquée par Clint Eastwood et menacée physiquement par John Wayne : “Il a dû être retenu par six agents de sécurité tellement il était outré par ce que j’avais dit”, a-t-elle confié à The Guardian en 2021. Son geste politique a également mis fin à sa carrière d’actrice puisqu’elle fut ensuite boycottée par l’industrie hollywoodienne.

Les oscars présentent leurs excuses 

Dans un courrier envoyé en juin, David Rubin, le président de l’Académie de l’époque, a présenté ses excuses à l’actrice : “Les insultes que vous avez subies à cause de cette déclaration étaient déplacées et injustifiées. Le fardeau émotionnel que vous avez porté et le coût pour votre propre carrière dans notre industrie sont irréparables. […] Pendant trop longtemps, le courage dont vous avez fait preuve n’a pas été reconnu. Pour cela, nous vous présentons à la fois nos plus sincères excuses et nous vous faisons part de notre sincère admiration.” La lettre fut publiée au moment où l’organisation des Oscars annonçait que la militante était invitée à s’exprimer en septembre à l’Academy Museum of Motion Pictures. Sacheen Littlefeather, aujourd’hui âgée de 75 ans, a réagi avec humour dans un communiqué : “Nous, les Indiens, sommes des gens très patients – cela ne fait que cinquante ans ! Nous devons garder notre sens de l’humour à ce sujet, tout le temps. C’est notre moyen de survie, a-t-elle ajouté. […] Cela fait chaud au cœur de voir à quel point tant de choses ont changé depuis que je n’ai pas accepté l’Oscar, il y a cinquante ans.”

Lire la Suite de l'Article