M le mag Cinéma

L’acteur et réalisateur donne cet été la réplique à Marina Foïs dans « L’Année du requin ». Une comédie piquante à la mesure de cet artiste, confronté depuis l’enfance aux incessantes joutes verbales familiales.

Jean-Pascal Zadi, âgé d’environ 5 ans, à Hérouville-Saint-Clair (Calvados). Jean-Pascal Zadi, âgé d’environ 5 ans, à Hérouville-Saint-Clair (Calvados).

« Je suis né à Bondy et j’ai déménagé avec ma famille à Hérouville-Saint-Clair, dans la banlieue caennaise, alors que je devais avoir 5 ans. C’est là, sur mon lit, qu’a été prise cette photo… Bien sûr, elle montre que j’aimais déjà beaucoup rire. Et on me dit souvent que j’ai encore aujourd’hui ce sourire d’enfant que j’arbore là, celui dans lequel on ne perçoit aucun mystère… Une vraie frustration pour moi qui rêverais d’avoir un air de James Bond.

Si je riais beaucoup, en revanche, à l’époque, j’étais très discret, calme, celui que l’on ne calculait pas. Je suis issu d’une famille de neuf enfants et, dans la fratrie, il y avait toujours plus beau, plus drôle ou plus intelligent que moi. Du coup, en primaire, j’étais sage et sérieux. C’est au collège du quartier de la Guérinière, à Caen, que les choses se sont gâtées. J’étais grand, pouilleux, je ne portais pas de sapes de marque, alors j’ai compris que la seule solution pour me rapprocher des meufs serait de multiplier les vannes, ce qui ne favorisait pas ma concentration en classe…

« J’ai ainsi découvert très tard que ce n’était pas dans l’ordre des choses de partir en vacances quand on vit à Bondy. » Jean-Pascal Zadi

J’ai grandi dans une famille aimante, heureuse et pauvre. J’ai ainsi découvert très tard que ce n’était pas dans l’ordre des choses de partir en vacances quand on vit à Bondy, et que tous les Parisiens n’habitaient pas dans des studios, contrairement aux amis de mes parents à qui l’on rendait visite. Mais mon père disait toujours : « Le temps que tu passes à te prendre la tête est celui que tu pourrais passer à être heureux. » Cette maxime m’a appris à profiter de la vie. On connaît tous le chapitre final, alors, d’ici là, autant rigoler. C’est cet état d’esprit qui m’a appris à ne pas me lamenter sur mon sort.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Cannes 2022 : « Je dis à tout le monde que si moi j’ai eu un César, alors tout le monde a sa chance »

Ma mère et mon père ont tous les deux beaucoup d’humour et les repas étaient l’occasion de longues discussions et rigolades. Ils ont ainsi porté une fratrie soudée qui me maintient les pieds sur terre. Nous partons en vacances tous ensemble chaque été en Espagne. Fini Bondy ! Quand on se voit, on débat et on se vanne jusqu’à 4 heures du matin, à base de plaisanteries plutôt méchantes. D’ailleurs, l’humour « limite » que l’on retrouve dans mes scénarios de films et de séries vient de là.

C’est pourquoi nous sommes tous très affûtés au niveau de l’esprit, car nous avons grandi dans une ambiance de joutes verbales permanentes. Enfin, surtout mes frères et sœurs, parce que, moi, j’ai un sens de la repartie très nul. J’ai l’esprit d’escalier, c’est sans doute l’enfant timide que j’étais qui ressort. Mon cœur va battre très vite et je vais balbutier. Je préfère largement préparer et peaufiner mon texte. Mais je n’ai pas de fierté mal placée et je prends très bien toutes les blagues que l’on peut me faire, sans doute parce que ma propre mère m’a toujours autant vanné qu’aimé. »

L’Année du requin (1 h 27), de Ludovic et Zoran Boukherma. Avec Jean-Pascal Zadi, Marina Foïs et Kad Merad. En salle le 3 août.

Marie Godfrain

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment ne plus voir ce message ?

En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

Y a-t-il d’autres limites ?

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ignorez qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.