Culture Cinéma

Le huitième long-métrage du cinéaste turc Semih Kaplanoglu, malgré une plastique splendide, ne décolle pas.

Article réservé aux abonnés

« Les promesses d’Hasan »,  de Semih Kaplanoglu. « Les promesses d’Hasan », de Semih Kaplanoglu.

L’AVIS DU « MONDE » - À VOIR

Cinéaste turc reconnu, auteur de la remarquable trilogie Œuf (2007), Lait (2008) et Miel (2010), Semih Kaplanoglu signe avec Les Promesses d’Hasan son huitième long-métrage, ce qui a tout l’air d’une œuvre-somme, de par son ampleur, sa hauteur de vue, sa tournure de fable et sa posture moraliste. Au cœur des étendues splendides de la province d’Ankara, côté campagne, la vie d’un homme y est examinée, soupesée par une mise en scène profonde et altière, à laquelle rien n’échappe, et qui entend ainsi en dresser le bilan.

Hasan (Umut Karadag, une star en Turquie), paysan dans la force de l’âge, cultive des pommes et des tomates, à la tête d’une belle et fructueuse exploitation qui emploie plusieurs ouvriers. L’homme n’en est pas arrivé là par hasard, mais par une âpre et retorse défense de son intérêt, manœuvres habiles et petits arrangements avec les circonstances. Il n’hésite pas soit à bidouiller les doses autorisées de pesticides, soit à faire pression sur un voisin endetté pour récupérer ses terres à bas prix. Roublardise acérée, donc, que l’agriculteur va être amené à exercer dans les milieux influents, afin d’enrayer un projet de construction de pylône électrique au beau milieu de ses terres.

Lire aussi : "J'ai perdu ma jeunesse avec ces films. C'est une délivrance"

Au cours de ces affaires, Hasan apprend qu’il a été tiré au sort pour accomplir le pèlerinage à La Mecque, avec sa femme, Emine (Filiz Bozok), taillée dans le même bois d’avidité (on la voit prendre à la jugulaire une brodeuse pauvre pour lui extorquer une nappe par un marchandage indécent). Le pèlerin devant se présenter le cœur libre, commence alors un autre cycle pour Hasan, où il doit apurer les comptes et contentieux du passé, notamment avec un grand frère qu’il n’a pas vu depuis vingt ans. Des rêves de plus en plus étranges se mettent à hanter son sommeil, lui dont la conscience, tout sauf tranquille, prend un tour douloureux et torturé.

Posture de jugement

Pour dire ce drame de l’âcreté et du tourment, Semih Kaplanoglu, en pleine possession de ses moyens, déploie une mise en scène majestueuse, ouverte à tous les courants de la nature environnante – vastes espaces, lumières mordorées de l’été, souffle profond du vent qui, se faufilant dans les branchages, affole la bande-son (le film est un véritable bonheur d’écoute). Le parcours d’Hasan, fait d’allées et venues, de démarches et de pourparlers incessants, en somme d’une infatigable mobilité, est celui d’un homme cauteleux qui s’enferme de plus en plus dans la contradiction, incapable de réformer une âme desséchée depuis trop longtemps. Hasan n’est d’ailleurs pas exactement un mauvais bougre, mais un homme forgé par un système (corrompu : voir le personnage du juge qu’il arrose de faveurs pour qu’il tranche en la sienne) et sachant très bien le faire fonctionner à son profit.

Il vous reste 25.58% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment ne plus voir ce message ?

En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

Y a-t-il d’autres limites ?

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ignorez qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.