Culture Cinéma

Lion d’or à la Mostra de Venise en septembre, le film d’Audrey Diwan restitue avec urgence et précision le roman d’Annie Ernaux sur la précarité de la sexualité des femmes à la fin des années 1960.

Article réservé aux abonnés

Anne (Anamaria Vartolomei) et sa mère Gabrielle (Sandrine Bonnaire) dans « L’Evénement », d’Audrey Diwan. Anne (Anamaria Vartolomei) et sa mère Gabrielle (Sandrine Bonnaire) dans « L’Evénement », d’Audrey Diwan.

L’AVIS DU « MONDE » – À NE PAS MANQUER

A côté de « l’heureux événement », expression qui renvoie à la naissance d’un enfant, il y a L’Evénement : un simple mot, neutre, titre du roman d’Annie Ernaux dans lequel l’écrivaine raconte son avortement clandestin réalisé en janvier 1964, à l’âge de 23 ans (Gallimard, 2000). Annie Ernaux était alors étudiante en lettres. Issue d’un milieu modeste, elle rêvait d’écrire et pour rien au monde elle ne voulait se retrouver mère au foyer, avec un bébé arrivé trop tôt dans sa vie.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Annie Ernaux, « Pour moi, cinéma et littérature ne sont pas étanches »

En adaptant L’Evénement au cinéma, Audrey Diwan, réalisatrice française d’origine libanaise, née en 1980, garde la veine naturaliste du « journal » d’Annie Ernaux, la caméra sur l’épaule collant à la nuque d’Anne (Anamaria Vartolomei), dont on jurerait sentir l’odeur de savon. Ce deuxième long-métrage d’une beauté âpre et nerveuse a remporté le Lion d’or à la Mostra de Venise, quelques mois après que Julia Ducournau a reçu la Palme d’or à Cannes pour Titane – deux femmes décrochant la même année les plus hautes récompenses à Cannes et à Venise, voilà un autre « événement ». Quatorze ans plus tôt, en 2007, le Roumain Cristian Mungiu, né en 1968, recevait la Palme d’or pour 4 mois, 3 semaines, 2 jours, drame aux allures de thriller dans la Roumanie de Ceausescu, où le « faiseur d’anges » était un homme cynique et abuseur, monnayant l’avortement (la pose de la sonde) contre une relation sexuelle avec la jeune femme enceinte et sa copine dévouée.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Le cinéma intime et politique d’Audrey Diwan, réalisatrice de « L’Evénement »

Dans L’Evénement, l’héroïne se sent bien seule, même si elle compte deux amies proches, Hélène (Luana Bajrami) et Brigitte (Louise Orry-Diquero). Pensionnaire, Anne rentre chez elle le week-end mais ne dit rien de sa situation, ni à sa mère, patronne de bar (Sandrine Bonnaire), si fière du parcours de sa fille, ni à son professeur de littérature (Pio Marmaï), inquiet de voir ses notes chuter. Avorter, c’est prendre le risque de finir en prison, les médecins, sages-femmes, etc., pouvant être de surcroît privés d’exercer leur métier. Dans le film, l’interruption volontaire de grossesse – qui sera autorisée en France en 1975 – ne fait pas réellement débat. Le sujet fait juste peur.

Jeunesse frustrée

La mise en scène surligne le silence qui, chaque jour, engloutit un peu plus Anne. La caméra s’attache à ses yeux « muets », d’un bleu étincelant, à ce regard gyrophare qui appelle au secours. Mais personne ne l’entend, telle une ambulance ayant coupé le bruit de sa sirène. L’actrice franco-roumaine Anamaria Vartolomei incarne avec urgence et retenue une jeune femme à double-fond, sérieuse et jouissive, cadenassée mais déterminée à vivre sa vie – la comédienne fut découverte en 2011 dans My Little Princess, jouant la fille d’Isabelle Huppert, dans le film d’Eva Ionesco.

Il vous reste 31.24% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment ne plus voir ce message ?

En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

Y a-t-il d’autres limites ?

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ignorez qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.