Kaamelott : un Moyen Âge foutraque et jovial

Il y a 6 jours 18

Réservé aux abonnés

CRITIQUE - Le réalisateur Alexandre Astier passe du petit au grand écran sans renoncer à son humour potache.

Le réalisateur Alexandre Astier joue aussi le rôle du personnage principal, Arthur Pendragon. SND Films

Depuis 2005 et la diffusion sur M6 du premier épisode de Kaamelott, série au format de pastilles burlesques de trois à quatre minutes (faisant suite à Caméra Café), Alexandre Astier est attendu au coin du bois par les fans. Les drôles de chevaliers de la Table ronde de ce réalisateur, qui peuplent son univers foutraque et décalé, avaient d’emblée le potentiel pour un développement long format.

À lire aussi :Alexandre Astier dévoile le portrait des personnages de Kaamelott: Premier Volet

Aujourd’hui, déjà riche de 458 épisodes, cette geste arthurienne repeinte aux couleurs de la Rubrique-à-brac ou des Dingodossiers de Gotlib a maintenant de quoi dépasser son caractère de phénomène télévisuel pour devenir phénomène de société.

Car Kaamelott. Premier volet continue d’user du comique débridé des années Pilote et des références à la pop culture mondiale. Du sabre laser de Star Wars aux Picaros de Tintin, en passant par les Romains d’Astérix ou l’Excalibur de John Boorman.

Pastiche des clichés

Refusant de jouer dans la cour des comédies estivales franchouillarde, ce pastiche des clichés du Moyen Âge trace son

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 65% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

Lire la Suite de l'Article